Nous sommes le  

Accueil > Actualité > Rentrée fiscale 2021 : La Direction générale des impôts prévoit un recouvrement (...)

Rentrée fiscale 2021 : La Direction générale des impôts prévoit un recouvrement de près de 945 milliards de FCFA

LEFASO.NET

vendredi 22 janvier 2021

La Direction générale des impôts (DGI) a effectué sa sixième rentrée fiscale, ce jeudi 21 janvier 2021 à Banfora, dans la région des Cascades. Cette rentrée fiscale s’est tenue sous le thème : « La digitalisation de la gestion domaniale, foncière et cadastrale pour une sécurisation foncière au service du contribuable ».

Rentrée fiscale 2021 : La Direction générale des impôts prévoit un recouvrement de près de 945 milliards de FCFA

C’est la ville de Banfora, dans la région des Cascades, qui a abrité cette année, la conférence de presse marquant ainsi la rentrée fiscale 2021 de la Direction générale des impôts (DGI). Au cours de cette rencontre avec les professionnels des médias, le premier responsable de la DGI, Moumouni Lougué, a fait le point des réalisations phares de l’année écoulée et a présenté aussi les perspectives pour l’année 2021.

Selon le directeur général des impôts, l’année fiscale 2020 a été assez éprouvante pour les finances publiques, les contribuables et le personnel de la DGI. Ce, à cause de l’impact négatif de la situation sécuritaire et de la crise sanitaire due à la pandémie du Covid-19. Il a noté cependant que les efforts des agents de l’administration des impôts et le civisme fiscal de bon nombre de contribuables ont permis à la DGI de dépasser ses objectifs de recouvrement. « Sur une prévision annuelle de 843,88 milliards, 859,943 milliards de FCFA ont été recouvrés pour le budget de l’État soit un taux de réalisation de 101,9% », a-t-il laissé entendre.

JPEG - 90.2 ko
Le directeur général des impôts, Moumouni Lougué

À l’en croire, ces performances de recouvrement ont été atteintes grâce au dynamisme insufflé par l’équipe directoriale qui a effectué des tournées dans les treize régions du pays. Ces sorties ont permis de galvaniser les agents et apporter les réponses nécessaires aux difficultés auxquelles ces derniers faisaient face. Comme autres actions menées par la DGI, Moumouni Lougué a souligné la dématérialisation des procédures fiscales, la promotion du civisme fiscal, le renforcement de la lutte contre la fraude fiscale et l’amélioration de la gestion domaniale, foncière et cadastrale.

Des innovations visant l’élargissement de l’assiette fiscale

Après ce bilan non exhaustif de la DGI en 2020, M. Lougué s’est attardé sur les nouvelles mesures fiscales. En effet, la loi de finances pour l’exécution du budget de l’État, exercice 2021, a introduit pour compter du 1er janvier 2021 dans le dispositif fiscal, des innovations.

Cela vise l’élargissement de l’assiette fiscale, l’amélioration du rendement de l’impôt, la promotion des téléprocédures et l’institution de faveurs fiscales. À ce titre, l’on peut citer l’institution de la Taxe sur les activités financières (TAF). Selon le conférencier, cette taxe est applicable aux opérations qui se rattachent aux activités bancaires, financières et d’une manière générale, au commerce des valeurs et de l’argent. « Cette taxe, en vigueur dans la plupart des pays membres de l’UEMOA, remplace la TVA pour ce qui concerne les activités financières », a-t-il expliqué.

Toutefois, il faut noter que la TVA reste dans le dispositif fiscal burkinabè et s’applique aux autres activités imposables. L’on peut retenir également la modification du 20 au 15 du mois des délais de déclarations et de paiement des impôts et taxes tels que la taxe sur la valeur ajoutée, la taxe sur les tabacs, la taxe sur les boissons, la taxe spécifique sur les entreprises de télécommunication, la taxe sur la parfumerie et les cosmétiques, etc.

2021 sera l’année des grands défis pour la DGI

JPEG - 61.9 ko
Le directeur général des impôts annonce des innovations pour améliorer l’assiette fiscale

L’année 2021 sera incontestablement celle des grands défis pour la DGI. Pour Moumouni Lougué, celle-ci devra s’atteler à mettre en œuvre les mesures nouvelles de la loi de finances et surtout, recouvrer environ 945 milliards de FCFA, soit plus de 100 milliards de plus qu’en 2020. « La tâche est laborieuse mais pas impossible avec le soutien de tous », s’est-il convaincu. Pour réussir ce challenge, il a invité ses collaborateurs à redoubler d’ardeur à la tâche, à réajuster leurs méthodes et leurs comportements.

« Il est certain que nous avons besoin de l’accompagnement de nos partenaires que sont les contribuables et tous les usagers de nos services. Ils consentent, déclarent et paient l’impôt. Nous sommes juste des facilitateurs dans ce processus et, en tant que tels, avons un devoir de bienveillance, d’encadrement et d’amélioration de nos prestations », a laissé entendre le DGI.

C’est pourquoi, dit-il, cette année fiscale a été placée sous le signe de « la digitalisation de la gestion domaniale, foncière et cadastrale pour une sécurisation foncière au service du contribuable ». Ce thème se présente comme un des leviers essentiels des actions de maitrise de la fiscalité foncière et immobilière, afin de rendre le meilleur service au contribuable et améliorer les recouvrements des recettes fiscales pour le développement du Burkina Faso.

Sur la question de la gestion foncière, la DGI a pris la résolution cette année de l’intégrer suffisamment dans son processus de modernisation à travers la digitalisation de ses services domaniaux, fonciers et cadastraux. Ce, en vue d’une meilleure sécurisation des droits fonciers des contribuables. Pour Moumouni Lougué, les actions qui seront menées en 2021 seront essentiellement orientées vers l’amélioration du service au contribuable. Ainsi, elles seront concentrées sur deux axes majeurs à savoir la poursuite de la digitalisation et le renforcement de la communication sur les textes fiscaux et les procédures fiscales.

En ce qui concerne la digitalisation, la DGI compte poursuivre ses actions pour un meilleur confort d’accomplissement du civisme fiscal à travers l’opérationnalisation et le déploiement du logiciel de gestion domaniale et cadastrale (SYC@D). Pour le renforcement de la communication sur les textes fiscaux et les procédures fiscales, le DGI Moumouni Lougué estime que la communication dans les administrations publiques est devenue un instrument privilégié d’ajustement des relations entre les usagers et les agents publics.

Faisant sienne cette logique communicationnelle, les actions de la DGI seront axées au cours de l’année 2021, sur plusieurs volets dont l’organisation d’une tournée nationale sur les mesures fiscales nouvelles de la loi de finances 2021, le renforcement des actions de communication et de sensibilisation sur les téléprocédures et les impôts et taxes, l’organisation de la deuxième édition du Prix de l’excellence de la DGI, etc. Avant de terminer son propos, Moumouni Lougué a réitéré la ferme volonté de la DGI, d’œuvrer pour la mise en place d’un système fiable des transactions immobilières et foncières au Burkina Faso pour le bonheur des populations.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Banfora
Inconnu, Humididté : %
Max : °C
Min : °C

°C
Inconnu
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter